Dijon - Besançon
Conseil en immobilier d'entreprise
Bureaux - Locaux d'activité - Entrepôts - Commerces - Terrains

Le futur de la Place Grangier est tout tracé

7 Juillet 2015

Le futur de la Place Grangier est tout trace

Nous avons sollicité l’homme en charge de la réfection de la place Grangier, à Dijon. Il nous détaille, en avant-première, son projet.

Une « oasis en cœur de ville » : voilà comment Bertrand Lavier voyait la nouvelle place Grangier. C’était dans nos colonnes, en mai 2013.

Deux ans plus tard, l’artiste a bien travaillé. Il est en mesure de nous dévoiler, en avant-première et en détail, le visage de cette future place, la dernière à être rénovée par la Ville. Avant elle, les places Darcy, République, et celle du Théâtre ont été transformées. « Je suis effectivement resté sur cette idée », commente aujourd’hui le plasticien côte-d’orien qui a souhaité séparer la place en deux faces : une “ying” et l’autre “yang”.

Comme un échiquier géant

« Le premier côté, celui situé vers la rue des Godrans, sera très végétal et exubérant. À la place des grands bacs jardiniers en béton, j’installerais des demi-sphères en bois sur lesquelles seront disposées des plantes tapissantes », décrit notre interlocuteur. La structure de la place, une dalle de béton recouvrant le parking souterrain, ne permettrait pas aux arbres de prendre racine. « On pourra juste planter deux palmiers rhapidophyllum à deux endroits de la place ». Des palmiers à Dijon ? « Oui, c’est une variété qui résiste à -20° C », répond, amusé Bertrand Lavier. En déambulant ici, le passant prendra donc « une bouffée de chlorophylle », qui lui manquait peut-être dans les autres rues du centre. De l’autre côté, vers la poste Grangier, celui qui a exposé au Centre Pompidou construira « un grand aplat vert et calme ». « Là, il y aura du gazon et le piéton serpentera au travers d’art topiaire. De petites haies seront taillées à la manière de pions sur un échiquier. Ce sera comme un tableau composé », explique Bertrand Lavier qui aimerait que la “place aux Oiseaux” retrouve sa superbe (voir ci-contre).

Pas avant 2016

Une « création originale » donc, déjà dans les cartons de la municipalité qui travaille auprès de l’artiste.

Croisée devant le parking Grangier, Paule Bichet se réjouit de cette future métamorphose. « Du vert, du vert ! Ce n’est pas trop tôt. Parce que ce n’est pas avec les arbres malades de la place Darcy que l’on va respirer… », commente la quinquagénaire. « Mouais, un artiste contemporain se charge de refaire cette place ? J’espère alors que ce sera juste beau, et pas intellectuellement inaccessible », tempère Jean-Pierre Hesse, un Beaunois habitué du cœur de ville dijonnais. « Je suis entièrement pour que cette place affiche un nouveau design. Elle était vieillissante et triste. Par contre, c’est encore des travaux et du dérangement en cœur de ville », constate Hélène. Qu’elle se rassure, les travaux ne seront pas réalisés avant un an. Minimum.