Dijon - Besançon
Conseil en immobilier d'entreprise
Bureaux - Locaux d'activité - Entrepôts - Commerces - Terrains

Le chantier de piétonnisation des rues Piron et Charrue pourrait commencer à la rentrée

17 Juillet 2015

Le chantier de pietonnisation des rues Piron et Ch...

Mercredi soir, des élus de la Ville de Dijon ont présenté aux commerçants du centre-ville le projet de piétonnisation des rues Piron et Charrue.

Le 14 juin dernier, dans nos colonnes, nous annoncions la future piétonnisation des rues Piron et Charrue à Dijon. Au cours d’une conférence de presse, le maire Alain Millot avait évoqué ce projet, dont l’objectif est de redynamiser le centre-ville et ses commerces. Il était d’ailleurs inscrit dans son programme électoral en 2014.

Ce mercredi soir, au cours d’une réunion fermée à la presse, les élus locaux, et notamment le premier magistrat, ont rencontré les commerçants du secteur pour leur présenter le projet d’aménagement urbain à venir.

Selon nos informations, la mairie aurait proposé aux commerçants de débuter les travaux à la rentrée, en septembre. Ils seraient réalisés en deux phases, chacune d’une durée de trois mois environ.

La première opération (de septembre à novembre) devrait permettre la rénovation du réseau électrique des rues du Bourg, Charrue et Piron, dont l’ancienneté a été évoquée durant les échanges…

Par la suite, le chantier observerait une pause durant la saison hivernale avant de reprendre au mois de mars 2016. Cette deuxième phase consisterait à uniformiser le niveau des rues Charrue et Piron, avant de recouvrir la chaussée par le même revêtement que celui utilisé rue de la Liberté. Le chantier pourrait durer jusqu’au mois de juin.

« Un manque de concertation »

Côté aménagement, un grand arbre serait planté sur la place Jean-Macé, en face de la boutique de prêt-à-porter Franck Berthier (voir les photos).

Pendant la durée des travaux, des passerelles seraient mises en place afin de permettre la circulation des piétons. Les travaux étant réalisés par tranche, les boutiques ne seraient pas toutes impactées en même temps. Par ailleurs, concernant les approvisionnements de marchandises, la mairie aurait proposé aux commerçants son aide pour assurer les allers-retours entre les boutiques et les points de livraison, plus éloignés que de coutume.

Au lendemain de cette réunion, les commerçants interrogés ne cachaient pas leurs inquiétudes. Ils reprochent à la Ville de ne pas avoir été consultés en amont : « Pour ma part, je ne suis pas hostile à ce projet mais les délais sont trop courts pour se préparer et prévenir notre clientèle », témoigne Johan Claret, gérant de la boutique Vicomte A. , rue Piron. « Il aurait fallu nous informer avant… »

« L’autre enjeu concerne l’accessibilité pour les voitures », souligne Cédric N’Guetta, gérant du salon de coiffure Le Privilège. « Au cours de la réunion, on nous a dit que quatre mille véhicules passaient chaque jour rue Piron… Avec cette piétonnisation, cela va devenir compliqué de venir en centre-ville et d’en sortir. »

« Si en début de présentation, le projet semblait très ficelé, en fin de réunion, le maire a reconnu que le timing était trop serré, et a entendu nos remarques », tempère Gwennoline Wachowiak, fleuriste.

Hier au cours de la journée, un sondage a été réalisé par la Ville auprès des commerçants. Chacun a pu donner son avis sur le projet, et proposer une nouvelle date pour le début des travaux.

Les travaux seraient répartis en deux phases, chacune d’une durée de trois mois environ.