Dijon - Besançon
Conseil en immobilier d'entreprise
Bureaux - Locaux d'activité - Entrepôts - Commerces - Terrains

Le centre-ville de DIJON classé au patrimoine de l'UNESCO

7 Juillet 2015

Le centre-ville de DIJON classe au patrimoine de l...

Avec les Climats, c’est tout le périmètre du secteur sauvegardé de Dijon, soit 100 hectares, qui vient d’être classé par l’Unesco…

«Je suis très ému par cette reconnaissance de la communauté internationale… » Le Dijonnais Jean-Pierre Gillot, vice-président de l’Association pour l’inscription des Climats au patrimoine mondial de l’Unesco, nous l’a confié hier, depuis la ville de Bonn, en Allemagne, où l’annonce du classement des Climats de Bourgogne au patrimoine mondial de l’Unesco a été faite le 4 juillet (lire notre édition d’hier).

« C’est un moment très important pour la ville de Dijon et ses projets », a-t-il souligné. « Car c’est aussi tout le secteur sauvegardé du centre-ville de Dijon, avec ses 150 hôtels particuliers, qui vient d’être classé. Dijon avait obtenu le label “Ville d’art et d’histoire” en 2008. Aujourd’hui, c’est toute la richesse patrimoniale de la ville de Dijon qui obtient la reconnaissance de la communauté internationale : l’Unesco a reconnu la valeur universelle du secteur sauvegardé de Dijon ! »

Une histoire qui commence en 2004 à Dijon

L’histoire des ducs de Bourgogne est en effet intimement liée à celle du pinot noir sur la côte viticole. Quant aux hôtels particuliers, beaucoup ont appartenu à des propriétaires de vignes qui ont permis le développement des Climats. L’élu rapporte la génèse de cette formidable épopée : « J’ai commencé ce dossier lorsque j’étais adjoint en 2004, à la demande de François Rebsamen, alors maire de Dijon. À la suite d’une exposition dans la salle des États où nos amis allemands de Rhénanie-Palatinat venaient d’être inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco grâce aux vignes de la vallée du Rhin, il m’a interpellé : “Pourquoi on ne ferait pas un dossier au patrimoine mondial ? Nous avons des vignes, tout ce qu’il faut !” Nous avons contacté le maire de Beaune pour lui faire part de notre proposition, et le monde viticole s’est associé… À partir de 2007, nous avons constitué l’association avec le président Aubert de Villaine, mais il y avait eu déjà beaucoup de travail… »

Pour Didier Martin, président du comité régional du tourisme, vice-président du Grand Dijon, et président de l’office de tourisme de la ville de Dijon, également joint à Bonn, cette bonne nouvelle va doper le tourisme. « Je pense que les retombées vont être importantes. C’est une excellente nouvelle pour le rayonnement culturel et l’attractivité touristique de la ville de Dijon. Nous aurons donc à Dijon deux mentions Unesco, une pour le patrimoine, l’autre pour l’art de vivre et le repas gastronomique des Français. En 2018, nous serons en mesure d’inaugurer la cité de la gastronomie à Dijon ! Un plan de développement du tourisme va être mis en place autour de ces deux thématiques : le patrimoine et la gastronomie ! »

 

Source : LE BIEN PUBLIC - Edition du 06/07/2015